Connect with us

Actualités

La galère des expatriés français coincés aux États-Unis

Ils sont autorisés à revenir en Europe mais pas à rentrer ensuite aux États-Unis, sauf au prix d’une quarantaine stricte. Bloquée avec sa famille à San Francisco, Christine Duquesne témoigne.

Publié

on

La galère des expatriés français coincés aux États-Unis

« Travel ban » : ces deux mots résument à eux seuls toute la galère que subissent des milliers de Français installés aux États-Unis, où ils se retrouvent littéralement pris au piège, explique Christine Duquesne, employée d’une société de cybersécurité à San Francisco : « Nous pouvons quitter les États-Unis sans problème, mais pour rentrer ensuite d’Europe, nous devrons observer deux semaines de quarantaine dans un pays sélectionné par les autorités américaines, comme le Rwanda, la Turquie ou le Mexique.» La loi avait d’abord été mise en place puis levée par l’administration Trump. Elle a finalement été maintenue par le gouvernement de Joe Biden pour protéger les États-Unis de la pandémie. Ce « travel ban » concerne toute la zone Schengen. Christine Duquesne ne décolère pas. Arrivée avec son mari et leurs deux enfants en août 2018, elle dénonce surtout une absence de réciprocité avec les locaux et un « deux poids, deux mesures » insupportable à ses yeux : « Les Américains entièrement vaccinés, eux, peuvent aller et venir comme ils le souhaitent, tout comme les Français titulaires d’une green card (permis de séjour permanent, NDLR) ou qui disposent de la double-nationalité. Idem pour les Mexicains : la frontière est ouverte dans les deux sens alors que le taux de contaminations explose là-bas ! » Kafkaïen ! Les Français peuvent aussi solliciter un « NIE » (« national interest exception »), une exception d’intérêt national, pour entrer aux États-Unis,. Mais celle-ci est délivrée au cas par cas par les autorités consulaires américaines et les catégories éligibles ont encore été restreintes en mars dernier. « Ce NIE n’est accordé qu’en se déplaçant physiquement à l’ambassade américaine à Paris, précise Christine Duquesne, qui n’est pour le moment ouverte qu’aux ressortissants américains. Autant dire qu’il nous est impossible de l’obtenir ! » Les espoirs d’une solution pourraient d’ailleurs être compromis par la propagation rapide du variant delta en Europe.

Voir l’article d’origine sur francaisaletranger.fr

Continue Reading
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Newsletter

Populaire